LE VOYAGE DU NUNATAK

28 mars 2009

antarctique sur Podorange

La famille a prit des vacances, thomas en janvier et moi en fevrier .

Un petit voyage en antarctique,et oui on pouvait pas passer a coter qu'en meme!

Le cap horn, le Drake et route vers les glaces, baleines et manchots.

Je vous prepare un petit resumer, actuellement je suis en france avec les filles, thomas nous retrouve en mai.

On va passer vous voir.

Hasta luego amigos

NAD

Posté par nunatak à 21:35 - Commentaires [5] - Permalien [#]


30 décembre 2008

Nunatak vous souhaite une bonne fin d'annee

           Les falklands,

    Ici Ushuaia, le 12 décembre 2008, le vent souffle souffle.

Et maintenant le présent : après avoir trié les photos je vais essayer de faire un  résumer de notre petite aventure familiale. Moi Nadine je reviens de ce  tour au Malouines très enchantée par notre petite vie. En effet cet endroit s’est révélé être mon coup de cœur, comme tombée amoureuse la première fois, eh oui !

   Après 4 jours d’une traversée pas trop musclé, on arrive à Stanley . Objectifs : « Les manchots », les copains à Dunbar et une visite chez Jérôme.

    On verra nos premiers manchots chez Hugues et Marie Paule, les manchots Papou. Les enfants Marilou et Théo nous ont accompagnés de l’autre cotée de l’île sur une plage magnifique.  Plus beau que les Antilles. Avec les filles on rêve : sans blague on peu presque les caresser. Ils sont très touchant. On passe alors l’après-midi à les observer. Ils sont drôles, se volent des cailloux pour améliorer leurs aménagements. Bientôt  ils auront leurs petits. Marilou prend plaisir à nous raconter toutes ses observations et elle est plutôt calée l’adolescente.

On passe quelques jours chez les copains à Dunbar mais notre temps limité aux Malouines nous pousse à partir trop vite. C’est promis, on reviendra…..

L’étrave du Nunatak pointe son nez vers West Point. Là bas, on retrouve des amis hollandais sur leur Bénéteau 40.7, Caroline et Paul. Des le lendemain on part à la rencontre des albatros à sourcils noirs. Eux aussi couvent leurs œufs sous nos yeux ébahis. Les Gorfous sauteurs leur tiennent compagnie. Je suis très touchée par l’amour entre male et femelle albatros, ils se font beaucoup de câlins, wouaouh !!

A notre retour on fait la connaissance de Rody ,sa fille est de passage, on prend le traditionnel thé de cinq heures, mangent des petits fours et bien sûr on papotte.

On repart après quelques jours. Nos prochains mouillages sont à une journée de navigation ouverte à la houle. Du coup on a mangé des ckrakers et bu du coca : une nouvelle recette anti-mal de mer. On arrive à New Island où l’on apprendra  à mieux connaître le mode de vie des animaux sur l’île. En effet, les scientifiques partagent leur savoir avec plaisir et passion. Les veinards.

Sur l’île il y a aussi deux enfants Jack et  Rosie. Nos filles sont ravies : entre la faune et les copains, on se régale.

On commence à regarder la météo. Ca fait déjà un mois qu’on flâne et on a des amis qui arrivent à Ushuaia le 26 nov. !! .Pas de fenêtre à l’horizon. On a encore quelques jour pour passer cher Jérôme et Cathy à Beaver Island.

Beaver Island, on prend la bouée  et une demi heure plus tard, toc toc, voilà Jérôme et Cathy à bord de nunatak, dans notre bazar quotidien. On est trop content.  Après  un petit café  on décide de descendre à terre. S’ouvre alors devant nous l’île Merveilleuse. Il y a ici 170 moutons, 400 rennes, des oies, du poisson, du crabe. Une qualité de viande inégalable. Même les petites fleurs qui tapissent le sol sont comestibles et riches en vitamines. On passe nos journées à pêcher, rassembler les moutons pour la tonte, en égorger un ou deux au passage et confectionner du boudin. On se régale du foie, du cœur, on récupère les boyaux pour faire de la saucisse. Jérôme et Cathy vivent en autonomie. Le premier magasin est à 350 kms, accessible par bateau ou par avion.

La viande est la base de l’alimentation, c’est même une religion à Beaver.

Pour le départ, Jérome nous offre un mouton qui sera pendu au portique arrière, à sécher au vent. Il sera découpé dans le carré 2 jours plus tard pendant que Nadine, à la barre, déboule dans le détroit de LeMaire à 10 nœuds sur le fond. Un dérapage contrôlé sur la droite et nous voilà de retour dans le canal Beagle. Une partie de la viande est mise en bocal pour des conserves pleines de souvenirs…à déguster entre amis…

Posté par nunatak à 14:33 - Commentaires [11] - Permalien [#]

18 juin 2008

En direct d'Ushuaia

Bonjour à tout le monde tranquilo,
Nous voilà installés à Ushuaïa pour une bonne partie de l’hiver. Maïa va à l’école, ça lui permet de rencontrer d’autres enfants et d’apprendre l’espagnol. Kahina s’épanouit comme une fleur. L’hiver nous enveloppe dans son manteau blanc. Les jours diminuent à vue d’œil. A peine levé qu’il faut déjà se coucher. Ca vaut pas le coup de se lever des fois. Après le Brésil et 1 an ½ de vagabondage, le changement de rythme nous laisse parfois désemparé. Tempête sous les cranes, on va où, on fait quoi…tranquiloooo…ça nous fait ça à chaque fois, on devrait pourtant commencer à connaître le processus d’acclimatation.
La population d’Ushuaïa a explosé ces 5 dernières années, attiré par des avantages divers, et une activité touristique florissante. Les promesses de jours meilleurs ont gonflé la ville de 15 000 à 60 000 habitants. Pour loger tout ce monde, une multitude de cabanes construites à la va vite, à peine isolées, tapisse le sol de la ville autour du centre touristique. L’îlot de chaleur ainsi créer fait qu’il ne neige pratiquement plus à Ushuaïa. Le réchauffement climatique par la dessus, tout est chamboulé dans le coin. Ca n’empêche pas le monde de continuer à consommer allègrement.
On entre dans le mois de Juin, le 21 les jours commenceront à rallonger. Le soleil se hisse à peine au dessus des sommets, l’impression permanente qu’il est 08 h du matin…
La vie est belle, les rencontres n’y sont pas pour rien. Muktuk (c’est le gras de la baleine chez les Inuit), est le voilier d’une famille autrichienne en vagabondage aussi. Ils ont deux ptits gars, Ian 4 ans et Noa 2 ans. Du coup Ian et Maïa vont ensemble à l’école, bras dessus bras dessous. Ils papotent en espagnol. Les liens se tissent doucement…les enfants nagent dans le bonheur…
En Mars, ma Maman et ma Tante sont venues faire un tour dans les canaux, au cœur d’une nature forte…navigation dans l’immensité, intacte depuis sa création. Les filles se sont émerveillées à la vue de leurs premiers glaçons, vite devenus glace à sucer, ou cheval à bascule pour ceux échoués sur la plage.
En Avril, c’est Redge qui est venu nous rendre visite de La Rochelle avec une idée en tête : le Horn. Navigation délicate entre les coups de vent, les plus forts de la saison, quelques moments de stress, des prises de décision mémorables, un vrai stage des Glénans…avec option gros temps au Cap Horn. Pas déçu le Redge.
Nous préparons pour Juillet et Aout une navigation hivernale dans les canaux en famille. Nous partons à la recherche de la pente de luge parfaite. L’appel de la Nature. Envie de se retirer un instant dans l’immensité, de faire la première trace dans la neige toute fraiche, d’écouter le grand silence, de vivre un moment de famille.

On vous envoie des boules de neige pleines de tendresses, à bientôt…

Posté par nunatak à 02:37 - Commentaires [10] - Permalien [#]

07 mars 2008

l'autre bout du bout du Monde

A L’AUTRE BOUT DU BOUT DU MONDE

-Extrait du carnet de bord-

NUNATAK a été fort bien préparé pour cette navigation et les 2 années à venir au Sud du Sud. Une préparation longue et minutieuse mais primordiale pour naviguer sereinement dans ces eaux. Voici un extrait de liste de travaux effectués ces derniers 3 mois:

Carénage:        grattage vieille antifouling, application 3 couches epoxy Hempel et 3 couches Antifouling

                        remplacement d'un bout de tôle oxydée dans la partie coffre arrière

remplacement du passe coque eau refroidissement moteur par un plus gros diamètre et ajout d'une deuxième entrée                          refroidissement en cas d'obturation de la première par des algues.

                        Alignement moteur

                        Remplacement bague hydrolube

                        vérification et redressement de l'arbre d'hélice

Usinage de l'arbre d'hélice au niveau de la bague hydrolube, ici les bagues vendues sont en pouces et non en metrique

                        Révision joint tournant

Réparation axe poulie drosse de barre

traitement point de rouille extérieur/intérieur

Réparation couvercle baille à mouillage

Redressage ancre et renforts inox soudé sur la verge, tordue lors d'un mouillage ventée

Réparation et entretient guindeau endommagé en même temps que l'ancre

Marquage de la chaîne tous les 10 mètre avec peinture époxy

Remplacement étais enrouleur et dépose/inspection enrouleur

Remplacement étais trinquette et des 4 bas haubans par diamètre supérieur

Remplacement des plexis de hublot de pont, usés par l'age et les UV ou fissurés

Fabrication de 4 poulies en inox pour palan bastaque volante en remplacement des anciennes en alu jugées trop faibles.

12 Barbecue dominicaux avec les copains argentins ou de tous horizons

Révision pompe de cale manuelle extérieur

Calage/arrimage des différentes chaînes et ancres dans coffre arrière pour éviter tout risque de ripage

Travaux sur l'étanchéité totale du pont:

            Coffres arrières étanches

            Système d'obturation des divers aérateurs

Le bateau est étanche à l'endroit comme à l'envers, le capitaine ne supporte pas l'entrée de la moindre goutte d'eau de mer à l'intérieur lorsque les vagues balaient le pont.

Moteur:            déculassé cylindre central pour décalaminage chambre de refroidissement, à l'origine d'un soucis de température moteur

installation d'une jauge pression d'huile, important pour la surveillance du circuit de graissage moteur

révision et/ou remplacement des câbles du circuit électrique moteur/alternateur/démarreur

                        nettoyage/dégraissage/peinture moteur

Remplacement pléxis abris de cockpit et renfort par des tubes inox servant de main courantes

Arrimage des batteries et mise au point d'un couvercle bac a batterie étanche

Vissage des coffres et planchers

Réaménagement de la cabine de Maïa, de 2 couchettes superposées en 1 seule plus grande, réclamé de longue date.

Révision des voiles

Préparation

-Thom-

De bonnes améliorations pour NUNATAK, grande satisfaction à la vue du résultat mais aussi grosse fatigue du chantier permanent. On a fait quand même pleins de bonnes rencontres, partagé de nombreux matés, participé à une multitude de conversation sur le lieu de travail, quelques parties de foot avec les copains du chantier naval, accueillis

la Maman

et

la Tante

de Nadine 1 mois, le tout avec amour, patience et volonté, joie des rencontres et de prendre le temps, d'être disponible pour se rencontrer. C'est la principale raison d'être du voyage. Tant pis pour les musées, les coins touristiques où tout le monde va s'agglutiner. Nous avons été accueilli au cœur du quotidien des Argentins.

Un équipage de quatre personnes est idéal pour ce genre de navigation et les 3 équipiers sont sélectionnés parmi les flibustiers, les renégats, les bannis, ceux qui n’ont pas de date de retour, seul l’horizon les attend, ils s’enivrent à l’iode pure,  ont foi en leur Capitaine et n’ont d’yeux que pour leur navire…

JB, naingénieur renégat, a déjà participé à une virée brésilienne de deux mois et connaît bien NUNATAK et les traitements du Capitaine. Après 6 mois d’activités au Pérou, Bolivie, Argentine, il remet son sac à bord comme prévu de longue date, un homme de parole, très fiable en Mer…

Manu, Capitaine de boutre, banni par son clan, cherche une voie vers les glaces du Sud. Il embarque pour un voyage de reconnaissance sur les richesses de

la Terre

de Feu, ramener une part du trésor pour retrouver sa place dans son clan et le guider sur la voie des glaces au Sud du Sud. C’est le boulanger du bord, le bricoleur génial, il se découvre maintenant dans l’écriture.

Amandine, chasseuse de tête, elle mitraille entre les deux yeux tous ceux qui croisent son chemin.  De la chasse à la baleine à l’ours des récifs, tout y passe, elle a la gâchette facile. Il ne vaut mieux pas se la mettre à dos. On ne sait pas d’ailleurs ce qui s’est passé sur le navire qui l’a amené de

La Rochelle

à Buenos Aires. Ce qui compte pour elle, c’est de continuer sa chasse vers le Sud, se mettre le bout du monde dans la ligne de mire de son Canon.

Départ

23 janvier

-Thom-

Appareillage de Buenos Aires pour le Sud, avec un solide équipage, Nadine et les filles préférant se la couler douce plutôt que d'affronter les vents et les vagues légendaires des 40ieme rugissant et des 50iemes hurlant.

D'ailleurs ça commence fort dans le Rio de

la Plata

avec un fort vent contraire à déplumer une tourterelle...Tout le monde s 'accroche et se dit que ce n'est rien en rapport avec ce qui nous attend dans le Sud. On ne le sait pas encore mais cette première nuit difficile en eau douce ne sera plus égalée jusqu'à Ushuaïa. Première étape (2 jours 260 milles) se termine à Mar del Plata, quelques mises au point, NUNATAK a l 'air d'un bel étalon, tirant sur ses entraves, prêt à bondir sur les vagues, dans sa quête vers le Sud.

-Jibé-

Le Rio de

la Plata

est épais aujourd'hui, il chahute Nunatak qui lutte contre un vent contraire et vif. Comme on essaie de se préparer à des navigations lourdes, ces premiers paquets d'eau douce ne nous ébranlent pas; c'est pourtant les conditions les plus musclées que j'ai rencontré dans le voyage. Le vent adonne au milieu de la nuit.

La nuit suivante, Nunatak se laisse docilement barrer vers

la Croix

du Sud, fait glisser sa bedaine de tôle à neuf nœuds et se lisse deux moustaches d'écume bleuâtre et phosphorescente. Une lune énorme s'est levée, et comme elle a commencé à se faire croquer un coin, on a l'impression qu'elle penche sa face bonhomme sur le cas d'une petite voile aux couleurs malouines traçant sa route de terre de fées à terre de feu. Comme moi, cap'tain Thom a remonté son haut col polaire jusqu'à ses rêves mélancoliques en reprenant la barre. Portishead et les vagues s'emmêlent.

Mar del Plata

27-28 janvier

-Jibé-

Arrimage aux pontons de Mar del Plata, le lieu noir pêché au crépuscule est déjà cuit, et cette fatigue qui nous assomme de calme et qu'il serait dommage de gâcher d'une sieste.

Parmi ceux qui rêvent de Pacifique, une minorité tente la route Sud. Ceux-la ont un peu d'avance sur nous. On ne croise que ceux qui se sont fait souffler par les quarantièmes, les démâtés, les échoués; fortunes de mer contées d'une voix amère, regard grisâtre de désillusion, ils ont compris qu'il n'y aurait pas d'autre chance, qu'ils sont trop vieux, leur bateau aussi, et que ce bord les ramène en arrière, en Europe. On les écoute avec les tripes, encore deux degrés, une journée de navigation, et l'on rentre dans l'inconnue de ces latitudes mythiques.

-Thom-

Une fenêtre s'annonce rapidement et nous fonçons tête baissée, toutes voiles dehors pour la péninsule Valdez, qu'il nous faut atteindre avant l'arrivée d'un vent de Sud. Cela se jouera a l'heure près. Une navigation menée tambour battant, qui fait le bonheur de tout l'équipage. Le ton est donné : on ne chôme pas dans les manœuvres sur NUNATAK, de jour comme de nuit...d'ailleurs le pilote est remisé, quart de barre pour tout le monde. J'aime l'idée du relais à la conduite du bateau, ça crée le lien entre équipiers, NUNATAK et

la Mer. Tous

unis, pour le meilleur, pour le pire. Le pilote automatique rend les quarts passifs, plus mous. Et si le temps se gâte, il faut que chacun soit opérationnel à la barre, familier avec les réactions de la monture. Ce n'est pas au cœur de la nuit dans la tourmente que l'on apprend par magie à négocier les vagues.

-Jibé-

Ca n’a pas chaumé cette nuit, même le spi orange de la lune s’est essoufflé à nous suivre et  finalement blafard a abandonné. Manu a cravaché 4h30 –c’était qui de quart à 5h?- mais ça ne suffira pas : la dep nous attend devant

la Punta Delgado

de la péninsule ; une petite estocade juste dans le museau. Valdès la complexe, vents et courants tricotent une maille irrégulière et aléatoire, on s’entête jusqu’à l’abri de ses falaises sables où s’accrochent quelques dunes.

Peninsula Valdès

31 janvier

-Amandine-

J’ai une boule dans la gorge, en arrivant sur la plage déserte de ce coin du Golfo Nuevo. Pourquoi, je me le demande. J’aime sentir ce presque, presque à en pleurer. Sur cette terre de calcaire, de roches qui s’effritent, parsemées de fossiles, le soleil chauffe les galets à la façon des routes goudronnées l’été et rend flou l’horizon. Thom fait des ricochets et je mets dans mes poches quelques trouvailles, pour l’après.

Ce soir, on fête les 26 ans de Jibé. Nous avons retrouvé inopinément une brique de vin, transformé en vin chaud (pas d’alcool à bord). Dehors, tout est moite, un peu dense et prend le grain d’une photo noir et blanc. Il n’y a rien que le bruit de quelques loups de mer, les reflets scintillants des algues phosphorescentes, une nuit sans lune. Il y a juste cet endroit où court, entre les vents, l’âme de je ne sais quoi, c’est juste qu’on le sent.

Le lendemain, le vent souffle encore, naissant à l’aveugle parmi l’immensité, comme un animal marin surgit du dessous et se met à glisser à tout va vers le large, en fuite, alors que nous restons retenus par l’ancre. Je rêvais dans ma nuit qu’un autre bateau venait mouiller à coté de nous. Mais il n’y  eu aucun autre bateau.

Camarones

3-6 février

-Jibé-

Première véritable escale par 44°48’ sud. Le port de Camarones se satisfait de l’animation de quatre petits chalutiers oranges et rouilles; le prochain village est à deux cent cinquante kilomètres. C’est la fête du saumon aujourd’hui -saumon de mer ou faux saumon-, on s’est vu offrir des assiettes si hautes qu’on distinguait mal l’autre bout de la journée par dessus. Au retour de pêche il a fallu se serrer un peu le long de la jetée, les pêcheurs curieux nous ont alourdi d’un saumon si long qu’à six on a peiné à l’entamer.

Un jeune français jovial vit ici, son brise de mer est a couple ce soir. On est le premier – et dernier – voilier à faire escale à Camarones cette saison. Le cap’taine est heureux de cette magnifique nav, de

la Patagonie

qui s’annonce, les lions de mer et les manchots barbotent autour du bateau, il a retrouvé la dernière bouteille dans les fonds de cale, c’est de la prune. Elle nous occupe jusqu’à l’heure de doubler et tripler les aussières des chalutiers menaçant d’acier. Les 40e se réveillent.

Laurent et Consuelo veillent rêveusement sur leur paradis de caletas et de vents : Pétrels géants, albatros à sourcil noir, manchots de Magellan, lions de mer, dauphins de Peterson, orques, Baleines franches.

Départ de Camarones les idées lourdes, 30 nœuds de vent dans l’étrave. S’arracher à nouveau, brutalement. Grosse nav jusqu’à Caleta Sara – 8 milles. Canal Leones, Baies des Français,

la Patagonie

infinie concentre ici son agressive beauté aride, nuances sèches de ses côtes déchirées jusqu’à l’incroyable repaire de pirates de Caleta Horno. On y délivre un carton de provision commandé par BLU par un bateau hollandais, sans s’arrêter, la fenêtre est bonne, infatigable Nunatak. On prend le 4e ris dans la nuit, juste pour l’essayer et attendre la marée.

Puerto Deseado

8-9 février

09 h 00 DEPART pour l’ultime étape vers le Sud, 450 milles environ. Départ en fanfare d ailleurs, après avoir échappé de justesse à un échouage au mouillage, grâce à l’intervention express de l’équipage et une petite rafale de vent salvatrice. Ca aura été le thème de cette escale, je nomme les différentes techniques de mouillage :

N°1 :prise de bouée de signalisation d’épave. Evacuation rapide car pas prévue pour un bateau, sur conseil des locaux.

N°2 : a couple d’un bateau de pêche de

36 m

de long,

8 m

de haut …confortable, sympa, mais avec le vent de sud prévu cette nuit, on risque d’être plaqué et de mal dormir. On évacue.

N°3 : mouillage patagonien au Club Nautico, mais au moment de reculer sur l aussière arrière, on se rend compte qu’il n’y a pas d’eau. On ramasse tout en quatrième vitesse et on part vers l autre rive pour un mouillage plus banal, au bord de la nuit. C ‘est le N°4 de la journée, parfaitement réussit. Nuit tranquille.

Le lendemain, nous avons pu échouer NUNATAK contre le quai en bois pou changer la sonde. Un peu en vrac mais ça passe. Nuit de fête pour Manu et Amandine. Nuit Prefectura et veille des amarres ppour JB et ma pomme.

C’est alor que tout c’est enchaîné : l’écouage échappée belle, la rapide décision de prendre le large, s’échapper de cet endroit qui nous cherche des histoires, la sortie dans le fort courant du chenal en plein transfert de gasoil, un bordel innomable  l’interieur comme à l’exterieur. Heureusement, avec la bonne humeur qui caractérise l’équipage, tout a été réglé en deux coups de cuillère a pot.

Météo prévue pour cette étape Ultima

Vent de N 20-30 Nœuds les 1ere 24h

Puis variable 48 h

A 140 nm DU CAP HORN

-JiBé-

Manœuvre en chaussettes-de laine, soit, mais un peu plus pour notre humeur coocooning. Manu ne se reveille plus, c’est bon signe, et on lit dans les yeux de Thom, « ‘tain on va le payer » . Quelques raideurs au niveau du carcan judéo-chrétien : parfois une dépression se déchire contre le courant, d’autres fois on glisse sur les alizés des 55°Sud, maté et musique brésilienne. Pas la peine d’y trouver une raison logique, laissons la cause-à-effet aux prètres et aux mécanos.

Isla de los Estados

-Manu-

Nous nous attendions en partant de Buenos Aire à des mers dures ,des vents de 30 nœuds dans le nez voir plus, a nourrir un peu les poissons .Rien de tout ça, sans doute beaucoup de chance, et aussi un capitaine très réactif aux infos météo. Et nous voilà arrivés au phare du bout du monde, dans un décor que nous n’aurions même pas oser rêver .Un fjord entouré de montagnes au milieu de nulle part, des petits carrés de neige sur les sommets, des lacs sur les hauteurs, une cascade au loin, un ciel bleu et pas de vent, le silence entrecoupé du bruit de l’eau qui ruisselle des versants pour venir rejoindre l’océan. Un endroit qui donne l’envie d’y revenir et d’y rester un mois ou deux.

14-15 février

Détroit de Le Maire

-Manu-

Endroit beaucoup moins mythique que le cap Horn, le détroit de Le Maire n’en est pas moins  beaucoup plus dangereux; plus de courant, pouvant aller jusqu'à 8 nœuds et lever une mer a faire pâlir tout l’équipage. Mais encore une fois la météo est avec nous, juste un peu de vent de sud, histoire de nous rappeler que ici tout est possible. Nous progressons lentement mais sûrement en admirant une belle houle de trois mètres par temps calme qui nous laisse présumer des conditions par mauvais  temps.

Canal de Beagle

17- février

Virage à 90 degrés, ce soir nous arrivons au bout de notre route plein sud depuis notre départ de Ste Marine il y a 1 an ½. Cap à l’ouest timonier. Une vague de bonheur me submerge. Devant nous le canal de Beagle, Ushuaïa à moins de 100 milles, le Horn légèrement sur bâbord à 60 milles. C’est bien la plus belle de toutes les navigations. Un équipage parfait. Un bateau super fiable. Une météo clémente. De bons choix tactiques. Comme j’aimerais que Nadine et les filles soit là. La prochaine, ce sera ensemble. Les yeux gonflés d’émotion, les sens à fleur de peau, je prends conscience que je suis au rendez vous avec mes rêves. Je ne m’attendais pas à un tel effet. La dernière fois que j’ai ressentis cela c’était à la naissance de Kahina. Voilà 4 ans que l’idée à germée, c’est maintenant que tout commence, c’est une renaissance. Patagonie, Terre de Feu, on est là. Merci Mère Nature de nous avoir laissé passé. Nous entrons au Pays des Rêves…

USHUAIA

Quelle force dans ce paysage, ces montagnes à perte de vue qui tombent dans

la Mer. Quel

endroit magnifique  pour y mourir. C’est ici que Nicole a tiré son dernier bord. Triste nouvelle, vite remplacée par le sentiment qu’elle est partie entourée de cette Nature qu’elle aimait tant. Comment rêver d’une plus belle fin. La vie ne tient qu’à un fil, et pourtant nous sommes capables des plus grands exploits. Il n’y a aucun doute, essayons d’aller au bout de nos rêves, ça rend le passage plus facile…

Je dédie cette navigation à mon Père qui a eu la bonne intuition de me laisser partir vers

la Mer

4 mois avant le Bac, à ma petite Maman et mon frère, leur soutient et leur enthousiasme pour notre vagabondage malgré l’éloignement sont la plus belle preuve d’Amour.

Premiere rencontre Ushuaienne: Juan, qui me demande le nom de notre navire, et me repond  "quel joli nom, le mont Olivia qui domine Ushuaia est un Nunatak, bienvenue au pays",encore une fois cette sensation d etre au bon endroit, c est la quatrime personne que je rencontre qui ne demande pas ce que signifie NUNATAK. Maintenant que toute la famille est reunit, l'aventure continue au pays des Nunataks...

Posté par nunatak à 04:46 - Commentaires [6] - Permalien [#]

20 février 2008

des news du NUNATAK quand meme

Voila chers amis

Apres une descente des cotes de l'argentine plus que clémente, le nunatak a fait escale a l'Isla dos Estados

en face de la pointe agentine separer par le detroit de lemaire.

Al'heure ou je vous ecrits mon marin attend une fenétre meteo a puerto Habertone quelques milles d'ushuaia, la patience n'est pas un atout a négliger dans ce genre d'aventure.

Pour ma partie j'attends le passeport qui m'ouvrira la voie des airs, peut etre mardi prochain enfin surement.

Le soleil nous cuit nous asseche, je ne connait plus la gout de ma bretagne, ses odeurs , le parfum de  ces petites fleurs blanches aux saveurs mieleuses que l'on trouve a hoedic.

Le bout du monde nous attend ,et des tas de petites fleurs au gout humide aussi....

BONNE NUIT nad!!

Posté par nunatak à 01:44 - Commentaires [5] - Permalien [#]


19 février 2008

une petite nav en famille Uruguay buenos aires

colonia_uruguay_018CIAO COLONIAcolonia_uruguay_019

Une petite nav tranquille qui vous pousse a parcourir les océans.

Posté par nunatak à 00:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 février 2008

le club barlo vento

buenos_aires_aves_les_filles_007 Notre beau nunatak apres une remise en forme

buenos_aires_aves_les_filles_035 trop dure la vie :RON PICHH!!

026                                                                                         BALTAZAR

                                                                                    LE NOUVEAU COPAIN
                                                                                         Des filles

                                                                                          

Posté par nunatak à 20:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2008

Colonia avec ma famille

colonia_suite_042

On a passer noel a colonia en Uruguay, je pense que nous nous en souviendrons

Posté par nunatak à 16:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 janvier 2008

felice nueve ano

bijour les petits français

bonne année a tous le monde.

Voila on va bientôt quitter le barlo vento,après de long de travaux.

Thomas prépare la descente avec patience moi cette fois-ci ce sera billet d'avion direct Ushuaia.

Bon je vous prépare un petit truc avec photos et tous pleins d'histoires , dirai pas comme ca mais le temps passe vite.

Gros bisous d'argentine,nad

Posté par nunatak à 15:17 - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 octobre 2007

nouvelle adresse

Ca y est, on vient d'emménager a Buenos Aires pour au moins deux mois. En gros on s installe.C'est notre 54 ieme déménagement depuis Sainte Marine. 2 mois au meme endroit, c'est une premiere. On est content de se poser. Mais y a du boulot: une longue liste de preparation avant de descendre pour la Patatagonie, du bon temps aussi dans cette ville magnifique avec des argentins bien sympatiques. On se fait a notre nouveau régime alimentaire: des salades de fruit a gogo du Brésil, on passe à la viande au kilo.

Au fait, on a une adresse maintenant pour au moins un mois et demi

NUNATAK

club de velero Barlovento

Calle Vito Dumas y Rio Lujan

VICTORIA Provincia BUENOS AIRES

ARGENTINA

et notre adresse SKYPE c'est NUNATAK3

gros bisous hasta luego

Posté par nunatak à 00:14 - Commentaires [8] - Permalien [#]