Bonjour à tout le monde tranquilo,
Nous voilà installés à Ushuaïa pour une bonne partie de l’hiver. Maïa va à l’école, ça lui permet de rencontrer d’autres enfants et d’apprendre l’espagnol. Kahina s’épanouit comme une fleur. L’hiver nous enveloppe dans son manteau blanc. Les jours diminuent à vue d’œil. A peine levé qu’il faut déjà se coucher. Ca vaut pas le coup de se lever des fois. Après le Brésil et 1 an ½ de vagabondage, le changement de rythme nous laisse parfois désemparé. Tempête sous les cranes, on va où, on fait quoi…tranquiloooo…ça nous fait ça à chaque fois, on devrait pourtant commencer à connaître le processus d’acclimatation.
La population d’Ushuaïa a explosé ces 5 dernières années, attiré par des avantages divers, et une activité touristique florissante. Les promesses de jours meilleurs ont gonflé la ville de 15 000 à 60 000 habitants. Pour loger tout ce monde, une multitude de cabanes construites à la va vite, à peine isolées, tapisse le sol de la ville autour du centre touristique. L’îlot de chaleur ainsi créer fait qu’il ne neige pratiquement plus à Ushuaïa. Le réchauffement climatique par la dessus, tout est chamboulé dans le coin. Ca n’empêche pas le monde de continuer à consommer allègrement.
On entre dans le mois de Juin, le 21 les jours commenceront à rallonger. Le soleil se hisse à peine au dessus des sommets, l’impression permanente qu’il est 08 h du matin…
La vie est belle, les rencontres n’y sont pas pour rien. Muktuk (c’est le gras de la baleine chez les Inuit), est le voilier d’une famille autrichienne en vagabondage aussi. Ils ont deux ptits gars, Ian 4 ans et Noa 2 ans. Du coup Ian et Maïa vont ensemble à l’école, bras dessus bras dessous. Ils papotent en espagnol. Les liens se tissent doucement…les enfants nagent dans le bonheur…
En Mars, ma Maman et ma Tante sont venues faire un tour dans les canaux, au cœur d’une nature forte…navigation dans l’immensité, intacte depuis sa création. Les filles se sont émerveillées à la vue de leurs premiers glaçons, vite devenus glace à sucer, ou cheval à bascule pour ceux échoués sur la plage.
En Avril, c’est Redge qui est venu nous rendre visite de La Rochelle avec une idée en tête : le Horn. Navigation délicate entre les coups de vent, les plus forts de la saison, quelques moments de stress, des prises de décision mémorables, un vrai stage des Glénans…avec option gros temps au Cap Horn. Pas déçu le Redge.
Nous préparons pour Juillet et Aout une navigation hivernale dans les canaux en famille. Nous partons à la recherche de la pente de luge parfaite. L’appel de la Nature. Envie de se retirer un instant dans l’immensité, de faire la première trace dans la neige toute fraiche, d’écouter le grand silence, de vivre un moment de famille.

On vous envoie des boules de neige pleines de tendresses, à bientôt…