Les falklands,

    Ici Ushuaia, le 12 décembre 2008, le vent souffle souffle.

Et maintenant le présent : après avoir trié les photos je vais essayer de faire un  résumer de notre petite aventure familiale. Moi Nadine je reviens de ce  tour au Malouines très enchantée par notre petite vie. En effet cet endroit s’est révélé être mon coup de cœur, comme tombée amoureuse la première fois, eh oui !

   Après 4 jours d’une traversée pas trop musclé, on arrive à Stanley . Objectifs : « Les manchots », les copains à Dunbar et une visite chez Jérôme.

    On verra nos premiers manchots chez Hugues et Marie Paule, les manchots Papou. Les enfants Marilou et Théo nous ont accompagnés de l’autre cotée de l’île sur une plage magnifique.  Plus beau que les Antilles. Avec les filles on rêve : sans blague on peu presque les caresser. Ils sont très touchant. On passe alors l’après-midi à les observer. Ils sont drôles, se volent des cailloux pour améliorer leurs aménagements. Bientôt  ils auront leurs petits. Marilou prend plaisir à nous raconter toutes ses observations et elle est plutôt calée l’adolescente.

On passe quelques jours chez les copains à Dunbar mais notre temps limité aux Malouines nous pousse à partir trop vite. C’est promis, on reviendra…..

L’étrave du Nunatak pointe son nez vers West Point. Là bas, on retrouve des amis hollandais sur leur Bénéteau 40.7, Caroline et Paul. Des le lendemain on part à la rencontre des albatros à sourcils noirs. Eux aussi couvent leurs œufs sous nos yeux ébahis. Les Gorfous sauteurs leur tiennent compagnie. Je suis très touchée par l’amour entre male et femelle albatros, ils se font beaucoup de câlins, wouaouh !!

A notre retour on fait la connaissance de Rody ,sa fille est de passage, on prend le traditionnel thé de cinq heures, mangent des petits fours et bien sûr on papotte.

On repart après quelques jours. Nos prochains mouillages sont à une journée de navigation ouverte à la houle. Du coup on a mangé des ckrakers et bu du coca : une nouvelle recette anti-mal de mer. On arrive à New Island où l’on apprendra  à mieux connaître le mode de vie des animaux sur l’île. En effet, les scientifiques partagent leur savoir avec plaisir et passion. Les veinards.

Sur l’île il y a aussi deux enfants Jack et  Rosie. Nos filles sont ravies : entre la faune et les copains, on se régale.

On commence à regarder la météo. Ca fait déjà un mois qu’on flâne et on a des amis qui arrivent à Ushuaia le 26 nov. !! .Pas de fenêtre à l’horizon. On a encore quelques jour pour passer cher Jérôme et Cathy à Beaver Island.

Beaver Island, on prend la bouée  et une demi heure plus tard, toc toc, voilà Jérôme et Cathy à bord de nunatak, dans notre bazar quotidien. On est trop content.  Après  un petit café  on décide de descendre à terre. S’ouvre alors devant nous l’île Merveilleuse. Il y a ici 170 moutons, 400 rennes, des oies, du poisson, du crabe. Une qualité de viande inégalable. Même les petites fleurs qui tapissent le sol sont comestibles et riches en vitamines. On passe nos journées à pêcher, rassembler les moutons pour la tonte, en égorger un ou deux au passage et confectionner du boudin. On se régale du foie, du cœur, on récupère les boyaux pour faire de la saucisse. Jérôme et Cathy vivent en autonomie. Le premier magasin est à 350 kms, accessible par bateau ou par avion.

La viande est la base de l’alimentation, c’est même une religion à Beaver.

Pour le départ, Jérome nous offre un mouton qui sera pendu au portique arrière, à sécher au vent. Il sera découpé dans le carré 2 jours plus tard pendant que Nadine, à la barre, déboule dans le détroit de LeMaire à 10 nœuds sur le fond. Un dérapage contrôlé sur la droite et nous voilà de retour dans le canal Beagle. Une partie de la viande est mise en bocal pour des conserves pleines de souvenirs…à déguster entre amis…